Secret Japan

Go to bottom Home • Forum & Guides • Tokyo Restaurants • Onsen • Album • Links • Search Forums • Rules • FAQ Go to top
Go to bottom Log in • Register • Staff Go to top
Calendar 
Le pèlerinage des 88 temples [F]
 
View previous topic View printer-friendly version Search Display number of posts for each poster in this topic Export topic thread to a text file View next topic
Author Message
Tanuki
Offline
Total posts: 2

France
PostYou have posted in this forum: Mon Nov 12, 2007 7:50 pm Back to top

Le pèlerinage des 88 temples

Un voyage à travers les quatre préfectures de Shikoku : Tokushima, Kochi, Ehime et Kagawa.



Introduction

Le pèlerinage des 88 temples est un pèlerinage bouddhiste de la secte Shingon, dont le fondateur fut le moine Kukai, plus connu sous son nom posthume Kobo Daishi. L’itinéraire compte 1200 kilomètres environ, et est parcouru par 100 000 personnes chaque année. Il fait le tour de l’île de Shikoku, en passant respectivement par les préfectures de Tokushima, Kochi, Ehime et enfin Kagawa.




Comment s’y rendre ?

Il y a principalement deux façons de se rendre au point de départ du pèlerinage, dans le ville de Naruto, Tokushima, qui est le premier des 88 temples du pèlerinage : le Ryozenji.
  1. En car: En partant de l’aéroport international du Kansai (KIX). Le voyage coûte 3000 yens, et dure environ deux heures (changeant selon l’état de la circulation dans la baie d’Osaka). En partance directe de l’aéroport, il faut vous arrêter à l’arrêt « Naruto Highway ». Puis il vous faudra marcher un peu jusqu'à la station de train "Naruto" pour rejoindre la station Bando.
  2. En train: Le réseau JR dans le Shikoku est très bien développé. L’arrêt tout proche du Ryozenji est Bando. En sortant de la station, le chemin pour le temple est indiqué sur des panneaux.



Moyens de locomotion

Le pèlerinage peut se faire de différentes façons :
  1. A pied, le moyen de locomotion « traditionnel », puisqu’il s’agit d’un pèlerinage Cool . Il s'agit de compter environ 50 jours pour terminer la boucle. On appelle alors le pèlerin "Aruki Henro". Voir aussi « A pied, à vélo ».
  2. A vélo. Quelques pèlerins, une minorité, choisissent le vélo, transport moins fatiguant que la marche mais tout aussi gratifiant au niveau de l’effort accompli. On pensera à certains cols qu’il est déjà difficile de monter à pied… Voir aussi « A pied, à vélo ».
  3. En voiture, à moto.
  4. En car, voyages organisés.



Logement

Traditionnellement, les pèlerins pratiquent le camping sauvage, nojuku. Cependant attention, il n’est pas tellement ici propos du camping sous tente en pleine montagne, mais plutôt d’un banc dans telle michi-no-eki, d’une tente plantée dans un parc, aux abords d’un temple, ou si vous êtes chanceux d’une nuit gratuite dans une petite pièce d’un temple (c’est aussi du nojuku). En règle générale, on laisse les pèlerins s’installer où ils veulent, mais il est plus prudent de demander à quelqu’un, même si l’endroit semble être un lieu public.
Les nuits peuvent également se passer dans les auberges, nombreuses sur les routes du pèlerinage. Souvent, un bon accueil est réservé aux pèlerins. Malgré une note parfois salée, profiter d’un bon bain et d’un repas préparé est agréable.


A pied, à vélo

La façon le plus « à l’ancienne » de faire le pèlerinage est à pied et en pratiquant le nojuku. L’effort physique est intense, mais il est doublé d’un effort mental car il faut constamment planifier l’endroit pour dormir, où trouver à manger (ce qui s’avère relativement aisé vu la profusion, même en zone rurale, de konbini).
Partir d’une telle façon réclame de bien préparer son sac à dos avec matériel de camping, trousse de secours, affaires de toilettes, vêtements de rechange,… Il est pratiquement nécessaire de se laver et de faire son linge tous les jours. Les toilettes publiques, que l’on rencontre fréquemment, deviennent rapidement essentielles.
Nécessitant un important investissement physique, il n'est pas conseillé de marcher ou de faire du vélo pendant l'été, durant lequel la chaleur est rendue parfois presque insupportable par l'important taux d'humidité.


Ambiances, paysages

Bien que le pèlerinage soit à la base une expérience solitaire, on rencontre de nombreux pèlerins avec qui ont peut partager un bout de chemin, un lieu pour la nuit et de savoureuses conversations. Tous ceux que j’ai eu l’honneur de rencontrer étaient très aimables, gentilles et généreuses : on m’a même offert une nuit à l’auberge par temps de typhons.
Souvent, on se croise et recroise selon les rythmes des marcheurs, s’arrêtant ensemble ici pour manger, ici pour dormir, ici pour se reposer. Quel délice qu’une conversation le soir, face au Pacifique ou aux majestueuses montagnes de Honshu, sirotant une bière et grillant une cigarette ! (attention, je n’incite ni à boire ni à fumer Rolling Eyes !!!).
Se retrouver, c’est aussi l’occasion de s’échanger des informations sur les bons plans pour la suite du trajet : les temples à logement gratuit, les onsen disponibles pour des cacahuètes pour les pèlerins. Les marcheurs que j’ai rencontré étaient également très informés sur les préfectures traversées : des petits cours d’histoire, de géographie ou de tradition culinaire sont parfois les bienvenus !

Les paysages de l’île se révèlent magnifiques, mais n’étant allé que dans le Shikoku je ne saurais les dire plus beau qu’ailleurs ! La province de Tokushima est particulièrement belle, et bien que la préfecture de Kochi ne jouisse pas d’une telle renommée, au contraire d’ailleurs, le littoral se trouve être parfois d’une extraordinaire beauté.


Ville et campagne

Les délimitations entre ville et campagne, et c’est un point qui m’a frappé au fil de mon voyage, sont beaucoup plus diffuses qu’en France. On peut trouver un peu partout des maisons, tantôt agglutinées mais jamais très espacées, surtout en bord de mer. A partir du moment où vous vous trouvez en zone plane, il est peu de chance de ne voir aucune maison à l’horizon ! Sauf si vous vous trouvez au milieu d’une rizière… L’avantage est que jamais on ne se trouve trop éloignés de la « civilisation », vous permettant de ne pas trop vous en faire pour les approvisionnement, ou encore en cas de soucis de santé éventuel.
En zone plus bosselée (entendez montagneuse Smile ), les habitations sont beaucoup plus rares et, comme les chemins (qui sont en fait très souvent des routes à deux voies) du pèlerinage serpentent souvent dans les montagne, le pèlerin peut se trouver régulièrement isolé, dans la nature sauvage. Certain passages se trouvent dans des petits sentiers de montagnes, que je ne recommande pas forcément en été, où les moustiques et autres insectes sont un peu trop nombreux !


Les temples, l’aspect religieux

Je terminerai sur le côté ésotérique de l’aventure. Je ne suis moi-même pas bouddhiste, et même si je suis réfractaire à l’utilisation des pourcentages, il se révèle qu’une bonne partie des pèlerins est également dans ce cas. De plus, les personnes âgées, qui sont les plus à même d’êtres qualifiées de bouddhistes, sont en générale les utilisateurs des cars en voyage organisé. Donc ne pas être bouddhiste de ne vous empêche en rien de faire ce pèlerinage à pied ! Il faut cependant préciser que j’ai rencontré un jour un marcheur de 65 ans, tout craquelant qu’il était, être deux fois plus rapide que moi (40 kilomètres par jour en moyenne) !



Mais cela n’empêche pas que, lors du passage par les temples, il est nécessaire, par respect pour la religion, de se soumettre à quelques unes des pratiques les plus élémentaire du bouddhisme : s’incliner devant le Sanmon (porte d’entrée) avant d’entrer et de partir, se purifier les mains dans la fontaine à l’entrée, offrir une pièce et s’incliner devant l’autel du bâtiment principal.
D’ailleurs, le repos est une activité très praticable dans un temple, car il est souvent ordonné de manière agréable et des bancs sont à la disposition des visiteurs. Certains temples un peu surélevés donnent même vue sur la mer : lorsqu’il sont baignés de soleil, c’est un régal que d’y manger son repas (mais je ne sais pas si c’est autorisé partout) !





Liens utiles

(An) Le guide du pèlerinage par David Turkington (THE site)
(An) Vivre le pèlerinage de Shikoku par Ashley Wright
(An) Un court guide du pèlerinage par Jeffrey Hackler
(An) Kikusui Henro House
(An) L'Institut International du Bouddhisme Shingon
(Fr) Le guide du pèlerinage par Alain Thierion

J’y rajouterais le site que je suis en train de faire (un parmi tous les sites que j’essaie de tenir, ce n’est pas facile). Il n’est pas très complet pour l’instant, et j’espère pouvoir pallier ce manque de substance, sachez juste qu’il précise plutôt les aspects pratiques du pèlerinage à pied.
Indisponible pour l'instant...

Tanuki

Download Post
Display posts from previous:


 Jump to:   



  View previous topic View printer-friendly version Search Display number of posts for each poster in this topic Export topic thread to a text file View next topic

You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum
You cannot attach files in this forum
You can download files in this forum
Lo-Fi Version
90679 Attacks blocked :: Protected by phpBB Security © phpBB-Amod :: phpBB Security ©  Has Blocked 2,088 Exploit Attempts.
@ 2007 The Integra Team @ 2007 phpBB Group
:: Style IntegraMod © IntegraMod Team 2008 :: All times are GMT + 1 Hour ::

[Page generation time: 1.1402s (PHP: 91% | SQL: 9%) | SQL queries: 79 | GZIP disabled | Debug on]